Pornographie : le fantasme sur le plateau

Par | 2020-05-21T13:34:59+00:00 25 novembre 2016|Constructions, Les amis de l'Institut de l'Enfant|

Ce travail de notre collègue brésilien Niraldo Santos a été présenté et discuté en août dernier à Sao Paulo lors des Journées d’études Infancia e adolescence : impasses e aidas. Niraldo y fait entendre clairement comment la pornographie parie sur une structure qui rejette le manque pour choisir l’organe. Ainsi loin d’être un phénomène « local », référé à un domaine restreint qui serait celui des pratiques sexuelles, le porno édifie un monde où le manque, « rejeté du symbolique, fait retour dans le réel », et non plus derrière l’écran du fantasme. Daniel Roy