La rencontre avec une jeune fille précipite pour Louis un malaise nouveau. Comment faire avec cette énigme qui change considérablement la donne ?

« C’était beaucoup plus tranquille avant », me dit Louis sous le coup d’une nouvelle rupture amoureuse. Louis s’éprend de filles qui finissent par le laisser en
« plan ». L’amour lui joue des tours et le met « à vif ».

Sa première « vraie histoire d’adolescent » s’est vite transformée en enfer. L’idylle n’aura duré qu’un temps. Pourtant Louis a « aimé » cette fille avec qui il était proche, partageant un même quotidien. Mais il ne s’attendait pas à un tel rejet et de telles humiliations de la part d’une fille. Louis a tenu, s’est accroché – non sans effets sur le corps qui le débordaient parfois – jusqu’à ce qu’elle rompe radicalement.

Plus tard, c’est avec une autre jeune fille qu’il commença une relation. Qu’elle soit à « l’extérieur » de son lieu de vie lui laissait penser que ce serait plus « facile ». Au début, « tout allait bien ». Louis s’affichait fièrement « en couple » sur les réseaux sociaux et auprès de ses copains. Il en obtenait une certaine notoriété. Mais un jour elle lui annonça qu’elle le quittait pour un autre garçon avec qui elle était déjà. Ce moment lui provoqua « un coup de froid dans tout le corps ». Louis pensait qu’elle était amoureuse. Un malentendu explosif pour lui.

Pendant des semaines, Louis resta rivé à ce qu’il disait n’avoir « pas vu venir ». Il perdait ses repères et ne parvenait plus à s’accrocher à ce qui le tenait jusque-là. Son projet de formation pour lequel il s’est beaucoup investi ne le mobilisait plus autant. Ses points d’appuis s’en trouvaient fragilisés.

Contraint par le silence des mots qui manquent, Louis va se mettre à construire. À l’aide d’éléments d’un jeu, Louis va trier puis empiler soigneusement une série de petits carrés à laquelle il va donner une forme de cœur : « C’est un trophée ». N’est ce pas, en effet, ce qu’on lui a « trop-fait » que Louis adresse ? Je le lui souligne. Il sourit. L’équivoque entendue va produire un écart dans son discours et ouvrir à une question : comment faire avec les filles ?

Ainsi, qu’un autre se fasse adresse donne une chance à l’adolescent de pouvoir réguler par le signifiant ce qui est en trop. Le « trop fait » de Louis peut s’alléger un peu et laisser place à un désir de savoir, pas sans transfert.

Après l’enfance, la tranquillité n’est plus de mise. L’intranquillité se fait jour dans les effets de la pulsion sur le corps comme dans le malentendu et l’impossible rapport entre les sexes que la rencontre avec l’Autre fait surgir.

Depuis toujours, les parents de Louis usent de séparations successives pour traiter leur difficulté à faire couple. La rupture fait partie de son histoire. Aussi à l’heure où l’adolescent a « à changer d’amour »[1] et où « l’avant » n’est plus d’aucun secours, la répétition ouvre-t-elle un choix pour Louis, celui de pouvoir s’en faire sujet.


[1] La Sagna P., « L’adolescence prolongée, hier, aujourd’hui et demain », Mental n°23, p. 28.