Par | 2017-03-07T11:15:43+00:00 4 février 2017|Life - No life|

Swagger, documentaire d’Olivier Babinet (2016)

Qui sont ces petits fanfarons au cœur de leur cité, qui habillent leur quotidien avec la légèreté de leurs rêves ? Allez voir Swagger !

Swagger : faire le fanfaron.

Exergue du film :
“What hempen homespuns have we swaggering here,
So near the cradle of the Fairy Queen ?”

Quels sont ces rustiques personnages qui font ici les fanfarons,
Si près du lit de la Reine des fées ?

William Shakespeare, Le songe d’une nuit d’été.

 

Ce documentaire très vivant nous montre des adolescents du collège Claude Debussy à Aulnay-sous-Bois (93), où le réalisateur a travaillé pendant deux ans avec ces jeunes dans des ateliers cinéma, avant de se lancer dans la réalisation de son film.

La banlieue est vue par le chef-opérateur, Timo Salminen (chef-opérateur d’Aki Kaurismäki), d’une façon très esthétique : des plans aériens filmés à la grue, les barres d’immeubles dans la nuit, avec leurs fenêtres éclairées, et au loin, très loin, la tour Eiffel.

Le réalisateur, dans un retournement, veut nous faire voir le monde à travers le regard de ces adolescents, c’est le 9-3 qui regarde le 7-5.

Leurs parents sont venus d’Afrique ou du Maghreb, les cités où ils vivent ont été désertées par les « français de souche », d’ailleurs ils n’en connaissent aucun.

Certains des acteurs héros du film sont plus marquants ou drôles que d’autres : Régis, qui veut être styliste, et se promène en manteau de fourrure et nœud papillon ; Naïla, qui déteste Mickey et les poupées Barbie ; Paul, qui va au collège en costume cravate.

La subjectivité des adolescents est évoquée de façon légère : Régis n’aime que sa mère. Naïla veut être architecte depuis qu’elle sait qu’un enfant est tombé d’un balcon en essayant de rattraper son ballon ; elle pense que les immeubles ne sont pas faits pour les enfants. Le père de Paul est « un peu malade », et frappe ses enfants quand il ne prend pas ses médicaments.

Chacun semble s’être fait accepter, avec sa singularité, autant par ses camarades, que par les autres habitants de la cité.

Tous ces adolescents ont des rêves, et nous font partager leur imaginaire. Ce qui donne à ce teen-movie son côté émouvant et enthousiasmant.

 

Bande Annonce (youtube)

Par | 2017-03-07T11:15:43+00:00 4 février 2017|Life - No life|