Par | 2017-03-12T08:58:46+00:00 8 mars 2017|Non classé|

Annie Ernaux, Mémoire de fille

« Elle a toujours été tenue par sa mère à l’écart des garçons comme du diable. Elle en rêve sans arrêt depuis ses treize ans. Elle ne sait pas leur parler, se demande comment font les autres filles qu’elle voit arrêtées en conversation avec eux dans les rues d’Yvetot. Il y a quelques mois seulement, elle a embrassé un élève de l’Ecole d’agriculture pour la première fois, poursuivit ce flirt sans mots-il ne parle pas non plus- au prix de mille ruses pour déjouer la surveillance de sa mère : manquer les trois quarts de la messe, prétexter une attente interminable chez le dentiste, ect. Elle y a mis fin juste avant le bac de peur d’un châtiment obscur »

Annie Ernaux, Mémoire de fille, Gallimard, NRF, 2016 , p39.

Par | 2017-03-12T08:58:46+00:00 8 mars 2017|Non classé|