Par | 2017-03-12T08:43:18+00:00 10 mars 2017|Non classé|

Carson McCullers, Frankie Addams

« Elle était devant le miroir et elle se sentait effrayée. Cet été là était pour elle l’été de la peur − et, parmi toutes ses peurs il y en avait une qu’on pouvait calculer mathématiquement en posant sur une table un papier et un crayon. Cet été là, elle avait douze ans et dix mois. Elle mesurait un mètre soixante-six et chaussait du quarante. Depuis l’an dernier, selon sa propre estimation, elle avait grandi de dix centimètres. Déjà les horribles petits gosses qui jouaient dans la rue cet été-là lui criaient à tue-tête : Est-ce qu’il fait froid là-haut ? et les réflexions des grandes personnes lui donnaient des secousses dans les talons. Si elle devait grandir jusqu’à dix-huit ans, cela durerait encore cinq ans et deux mois. Donc, d’après ses calculs mathématiques, si elle ne trouvait d’ici là aucun moyen de s’arrêter, elle finirait par mesurer deux mètres soixante quatorze. Et qu’est-ce que c’était qu’une femme qui mesurait deux mètres soixante-quatorze ? C’était un phénomène de foire. »

Carson McCullers, Frankie Addams, Paris, Stock, 1993, p. 28.

Par | 2017-03-12T08:43:18+00:00 10 mars 2017|Non classé|