Par | 2017-03-12T08:43:18+00:00 10 mars 2017|Non classé|

Gaël Faye, Petit pays

« Laure avait glissé sa photo dans l’enveloppe. Elle ressemblait à une des poupées d’Ana. Cette lettre m’intimidait. J’ai rougi en lisant le mot “bisou”. C’était comme si je venais de recevoir un colis de friandises, j’avais soudain l’impression d’ouvrir les portes d’un monde mystérieux que je n’imaginais pas. Laure, cette fille de France, avec ses yeux verts, ses cheveux blonds, quelque part dans le lointain, était prête à m’embrasser, moi Gaby du quartier Kinanira. »

Gaël Faye, Petit pays, Paris, Grasset, novembre 2016, p. 51.

Par | 2017-03-12T08:43:18+00:00 10 mars 2017|Non classé|