Par | 2017-03-12T08:58:47+00:00 8 mars 2017|Non classé|

Jérôme David Salinger, L’attrape-coeurs

Je leur ai juste jeté à toutes les trois mon coup d’œil super-relaxe et tout. Ce qu’elles ont fait, elles, toutes les trois, c’est se bidonner comme des andouilles. Sans doute elles trouvaient que j’étais trop jeune pour juger quelqu’un d’un seul regard et tout. ça m’a exaspéré. On aurait cru que je voulais les épouser, ma parole. Après ça j’aurais dû les ignorer mais l’ennui c’est que j’avais envie de danser. Par moments, le besoin de danser vous saisit aux tripes et j’étais dans un de ces moments-là. Alors subitos’ je me suis penché et j’ai demandé « Est-ce qu’une de vous aurait envie de danser ? ». J’ai demandé ça avec les formes. D’une voix tout ce qu’il y a de convenable. Mais bordel, ça aussi elles l’ont pris à la rigolade. Elles se sont remises à glousser.

Jérôme David Salinger, L’attrape-coeurs, Robert Laffont, 1986, p. 89

Par | 2017-03-12T08:58:47+00:00 8 mars 2017|Non classé|