Par | 2017-04-01T01:59:30+00:00 28 mars 2017|Non classé|

La langue, cette invention !

Il se trouve que Lundi en revenant de Paris, j’ai entendu à la radio que ce 20 Mars était la Journée de la Langue française. À ce propos était évoquée la clause Molière qui exigerait pour tout ouvrier entrant dans un chantier public de parler correctement le français.

Pauvre Molière !

Me sont alors revenues d’un coup toutes ces interventions cliniques entendues lors de la JIE4 Samedi, qui mettaient en relief l’importance de l’invention langagière. L’invention accueillie comme ouverture à la rencontre avec ces jeunes filles ou garçons.

Ainsi, entre tous, l’intérêt porté au « Cosplay » ( les jeux en costumes) ou l’importance donnée à la distinction très précise qu’il peut y avoir entre le terme de « groupie » et celui de « fan » permettant à cette jeune fille entendue, de prendre position. Pour aller jusqu’à ce qu’un professeur de Lettres consente à reprendre à son compte le « Grave brutal ! » de son élève qui répondait à la gifle lancée par son père, devant elle.

C’est par cette langue tordue, hésitante, bégayante, violente parfois, que se fait entendre le plus précieux de la clinique, une langue nouée au corps, qui parle du corps, loin de cette langue académique que l’on voudrait nous faire tous parler.

La clinique entendue comme construction au un par un d’un espace de séparation entre ces adolescents et leur partenaire symptôme, avec le langage même.

La JIE devient alors un temps indispensable où se fait entendre la résistance de tous ceux qui se préoccupent de l’accueil des enfants et des adolescents.

Par | 2017-04-01T01:59:30+00:00 28 mars 2017|Non classé|