Dans les couloirs de Nonette, les ados moulinent la langue et s’en donnent à cœur joie !

 

Didier, interviewé par Myriam Magaud

Tudikoi de l’enfance ?

Un petit peu, j’aime bien, les bébés, les poupées mais j’ai changé d’avis pour être adulte, aller au foyer. À l’IME y a trop d’enfants, d’adolescents, y a trop de bruit.

Tudikoi des mots d’ado ?

J’ai 20, ans, ça fait du bien d’être adulte, aller au foyer car ça m’intéressera de voir de nouvelles choses, une nouvelle chambre, une nouvelle salle de bains, des néons au-dessus de la classe. L’adolescence, tu es d’abord un enfant, après adolescent et après adulte. Je préfère adulte on a la majorité adulte à 20 ans, c’est bien, un nouveau lieu, les Rivalières, à faire des activités.

Tudikoi la vieillesse ?

On attrape la barbe, la moustache, la barbe est blanche, un peu noir, un peu gris, un peu blanc. La vieillesse, bof c’est maintenant.

Tudikoi la vie ?

Heu, la vie c’est adulte, la vie c’est la patience. Ça fait du bien d’écrire les choses.

 

Mots entendus dans les couloirs de l’IME par Stéphane Calvini, Mélanie Leides et Manon Poulange

Jean-Paul : « Quand j’aurais des poils je me raserai. »

Jean-Paul : « Toi t’as arrêtée de grandir tu rapetissis …. on s’arrête et on rapetissi et on est vieux et après on est vieux en âge et on peut mourir mais d’abord en grandit. »

James : « Grandir c’est grandir comme ça. » (Il écarte ses mains)

Didier : « J’en ai marre, il y a trop de jeunes ici, moi je vais aller dans une autre institution, dans un foyer, je m’ennuie ici. »

Olivia : « Vous êtes tous des vieux, ici, vous faites pitiés, je veux mourir, les mots peuvent tuer. »

« Grandir c’est faire sa chambre », dit une éducatrice à Didier qui répond : « Alors, je veux rester enfant. »

P. Lejot, stagiaire psychologue de Rennes rapporte les paroles de Didier : « Tu as vu Perrine, j’ai de la moustache, elle est grande ! Comme elle est grande je suis un homme. »

 

Olivia, interviewée par Zoubida Hammoudi

C’est quoi l’adolescence pour toi ?

« L’adolescence c’est le passage entre l’enfance et l’adulte qui dès fois est difficile, c’est compliqué. C’est apprendre à être grand, apprendre à être responsable de tout ce que l’on fait, le travail, les bêtises… non pas les bêtises, mais ce qu’on casse. On a pas la même responsabilité quand on est adulte. En plus les parents c’est des obstacles, ils font le mieux pour leurs enfants mais nous les adolescents on a pas envie d’écouter. La vie des enfants c’est apprendre à grandir, à respecter les règles. C’est dur de grandir car l’enfance tu es protégé, tu es toujours avec tes parents.

L’adolescence c’est compliqué, personne ne nous comprend. »

Loïc intervient : « Être adolescent c’est d’être amoureux, c’est s’aimer … être avec sa mère … et son père, c’est vrai quoi ! »

 

Aurore, interviewée par Stéphanie Rousset

Qu’est-ce-que l’adolescence ?

« L’adolescence c’est de grandir au monde peut-être, d’aller à l’école et puis voilà, quoi… aller à l’école… pour apprendre à lire, à écrire, voilà ! Pour avoir y aller, dans une nouvelle école, voilà quoi…Ah ! C’est terminé. »

Et pour vous, c’est quoi grandir ?

« Ben… pour moi, c’est… heu, pour moi… de grandir, c’est quelque chose de grandir, et puis voilà. Après je ne sais pas, je voulais aller dans une autre école pour, voilà, pour apprendre.

Et c’est quoi pour vous être adulte ?

Adulte ça veut dire être adolescent.

Est-ce que vous êtes adolescente ?

« Ben oui ! Parce que j’ai grandi au monde, je suis une grande fille. Voilà, ouais.

Alors voilà, heu… pour être adolescente, il faut savoir être grande mais pas être petite, grande, d’être adolescente et puis après je sais pas, grandir au monde, aller partout où je vais. Je voudrais aussi aller…apprendre à faire de la gym. Et voilà quoi, c’est quelque chose que j’ai envie de faire plus tard, un jour, plus tard j’ai envie de faire camion de pompiers, c’est mon devoir et voilà quoi. »

Ensuite je voulais faire aussi gymnastique, être la prof de gym, aller au Breuil, aller heu… à Orsonnette, partout, partout où je vais où je vais, voilà, partout où je vais voilà.

Ça c’est l’adolescence ?

« Voilà ! Ça c’est l’adolescence. »

Comment vous savez que vous êtes adolescente ?

« Eh bien parce que j’ai grandi au monde. J’étais tout bébé, j’avais un mois et je me suis brûlée avec un briquet, heu voilà quoi, je me suis brûlé avec un briquet et quand j’étais petite ben voilà quoi. J’étais toute petite et ma maman elle m’a brûlée avec un briquet et heu, ma maman elle m’avait brûlée avec un briquet. Moi je trouve c’est pas trop bien de faire, se brûler avec un briquet… »

Est-ce que c’est bien de grandir ?

« Oui c’est bien de grandir, oui c’est bien de grandir, on grandit avec de la soupe. »

On grandit avec de la soupe ?

« Oui c’est ça qui fait grandir. C’est la soupe qui fait grandir, on mange des repas ici, à Nonette, heu voilà quoi. Les choses qui se font mais moi je, voilà, je voulais déménager, voilà, et pis voilà quoi… L’adolescence c’est que je veux pas trop en parler … et heu parce que mon adolescence c’est que j’ai grandi au monde et voilà quoi, c’est justement…voilà quoi et j’sais pas après….je sais pas pourquoi…, j’en sais rien je sais pas, je sais pas si c’est mon adolescence où si je vais dans un foyer, dans un autre foyer d’accueil. Là-bas, ils vont pas m’accepter. »

Vous êtes grande ? Vous avez grandi vous ?

« Ouais. Ben parce que je voulais changer d’école. »

Vous voulez changer d’école ?

« Ben parce je veux changer d’autre foyer, je veux aller dans un autre foyer. »