« Tentation de faire de son corps un musé ou une salle d’exposition à usage intime. »

Le Breton D., Signes d'identité. Tatouages, piercings et autres marques corporelles, Paris, Métailié, 2002, p. 103.

Toutes les citations se retrouvent dans la bibliographie, clic !

Numéro spécial - mars 2017
Sexe, drogue et rock'n'roll

Édito

« Sexe, drogue et rock’n’roll » résonne avec le Sex and drugs and rock’n’roll du chanteur anglais Ian Dury, qui avait mis cette expression à la mode en 1977.

Le refrain en était : Sex and drugs and rock’n’roll, Sex and drugs ans rock’n’roll, Sex and drugs ans rock’n’roll … À savoir quelque chose qui se répétait dans le rythme de la musique. Et qui se transformait en une sorte de pulsation qui résonnait dans le corps.

Sexe, drogue, rock’n’roll, comme un battement régulier, toujours le même qui s’entend comme un écho dans le corps après l’enfance. Un écho du corps que l’on était, qui vient sonner dans les métamorphoses de la puberté comme un corps que l’on a, que l’on a, que l’on a. Un battement de cœur, un battement que l’on n'entend que pour soi : un coup, puis un coup, puis un coup. Qui enferme dans la bulle de cette pulsation. Sex, and drugs and rock’n’roll comme réponse à cette pulsation. Bob Dylan dit dans une de ses interviews que le rock’n’roll c’est la réponse : « Ce sont les tambours et le rythme qui donnent la réponse. Entrez dans le rythme et vous vous perdrez ; vous oublierez toute brutalité. Puis vous perdrez votre identité. ». Sexe, drogue et rock’n’roll comme interprètes de ce battement entre éveil et exil du corps, après l’enfance.

Ce numéro spécial du Zappeur fait sien l’intérêt des jeunes pour ce triptyque qui conjugue le corps aux objets du désir !

Bruyante, indécente, immorale, la formule attribuée à Yan Duri est aussi le slogan d’une époque qui a vu sa jeunesse s’aventurer massivement hors des sentiers battus. Le rock d’abord est une invention musicale qui a pulvérisée les codes sociaux en introduisant dans les salles à manger cette expression de l’argot noir américain « rock and roll » qui signifiait faire l’amour ! Et oui, il y a bien un lien entre le déhanché d’Elvis Presley et le sexe, les pères des années cinquante ne s’y trompaient pas. Et la drogue dans tout ça ? En 1975, Lacan rappelait qu’« il n’y a aucune autre définition de la drogue que celle-ci : c’est ce qui permet de rompre le mariage avec le petit-pipi »[1]. Le texte de Norman Chabot introduit des nuances pour lire la drogue aujourd’hui.

Le rock’n’roll c’est aussi des textes, à l’occasion hors-sens qui marquent une vie parfois durablement en se métamorphosant dans des formes nouvelles comme les décrit Frédérique Bourlez. Avant ces circonvolutions à venir avec le principe de réalité que d’aucun nomme système, avant que les piercings se referment, que la chevelure se fassent plus discrète, ce triptyque est facilement revêtu par l’ado, car, comme lui, il porte au nu le caractère arbitraire du signifiant phallique ainsi que nous le montre Véronique Voruz. Et que dire du Perfecto, des Doc Martens ou du fameux pantalon Levis 501 ? Qu’ils sont des insignes à partir desquelles on peut se compter et faire bande ! Mais pour quoi faire ? C’est la question à laquelle répond Laurent Dupont dans son texte Punk not dead ! Mais pas très en forme tout de même ! Mais au fait, si le punk n’est pas mort, est-il le même qu’hier ? L’interview de Philippe Liotard apporte quelques éléments de réponse.

Par Martine Revel, Thomas Roïc et Victor Rodriguez



[1] Lacan, J., Journées d’étude des cartels de l’École freudienne de Paris. Séance de clôture, 1975

Tous addicts !

Tous addicts !

Par Normand Chabot

Comment se faire le partenaire d’un sujet qui ne manque pas ? En inventant, par le malentendu dans la langue, les conditions d’une rencontre.

Lire la suite.

Bôkan ! 1986-2012

Bôkan ! 1986-2012

Par Fred Bourlez

Avec de la musique, on peut adoucir les mœurs. Avec du boucan, on peut faire le tour du monde !

Lire la suite.

Sex all over the place ! Rencontre avec Véronique Voruz
PUNK NOT DEAD, Mais pas très en forme tout de même.

PUNK NOT DEAD, Mais pas très en forme tout de même.

Par Laurent Dupont

On oublie souvent que le corps est en jeu dans la danse, même quand il s'agit du pogo punk. Et il y a plus encore à dire concernant ce que les ados mettent en jeu après l'enfance !

Lire la suite.

Le corps punk : énergies et inventions - Philippe Liotard